Commémoration de l’armistice à Saint Maur, le 13 novembre 2015

Une cérémonie rehaussée par la participation des élèves de l’école d’enseignement fondamental de Saint Maur et de la participation des membres du C.H.V.R.B.

Un beau moment de partage et de fraternité.

Commémoration de l’armistice de la guerre 14-18 à Tournai

Le cortège s’est rendu à différents endroits de la Ville afin de rendre hommage à chaque monument.

la consultation populaire…

Je vous le propose pour enrichir le débat.  Je ne crois pas en un système démocratique qui se résume à répondre à deux questions par un oui ou un non.  Rarement les débats sociétaux peuvent  trouver des solutions ou des réponses par un OUI ou un NON.  Le débat démocratique est indispensable, il mérité mieux qu’un résumé caricatural présenté sous forme de questions pour lesquelles on ne peut pas argumenter la réponse.

Je crois plus à une démocratie participative, avec de vrais débats, une vraie place laissée aux citoyens.  Mais pour cela, il faut investir du temps, de la patience, de la persévérance pour mettre autour d’une table (qui se doit d’être très vaste) tous les participants, tous les personnes intéressés, tous les acteurs des sujets abordés.  C’est possible, dans d’autres régions (dans certaines municipalités françaises) cette pratique est mise en œuvre.

La consultation populaire est souvent une cause de division, d’opposition, de manipulations, de mouvements qui se transforment en girouette, d’argumentation partisane.  En fait, elle ne résout pas.

Je n’irais pas voter ce WE à Tournai et pourtant le problème de l’élargissement de l’Escaut m’intéresse énormément.  Mais croire qu’on va le résoudre avec les deux questions posées est illusoire et permet, à certains et à certaines (il suffisait de voir le marché de samedi passé), de se faire mousser, de faire croire qu’eux « c’est mieux »….  C’est du cinéma, la population de Tournai méritait une approche plus sérieuse que cette agitation partisane.

 

Voici le texte du Crisp :

Consultation populaire

Mécanisme de vote par lequel on demande à la population de marquer sa préférence entre deux ou plusieurs décisions possibles sur un sujet donné.

Comme le référendum avec lequel on la confond souvent, la consultation populaire est un mécanisme de démocratie directe : la population est invitée à voter directement sur une ou des questions bien déterminées afin d’exprimer son choix. Dans les deux cas, les résultats se mesurent en nombre de votes en faveur de chaque option, ce qui permet de dégager une majorité lorsque deux options sont proposées (par exemple, les référendums organisés en France et aux Pays-Bas concernant le Projet de traité établissant une Constitution pour l´Europe, etc.). En cas de référendum, le choix de la population doit, en principe, obligatoirement être mis en pratique par les autorités. Par contre, comme son nom l’indique, la consultation populaire consiste à demander simplement l’avis de la population, que les autorités sont donc libres de suivre ou non.

Les consultations populaires peuvent porter sur différents niveaux de normes. Elles peuvent mettre en débat un projet de Constitution ou porter sur une révision de la Constitution. Elles peuvent également porter sur la confirmation, la modification ou l’abrogation d’une loi. En fonction du niveau auquel elles s’appliquent, elles peuvent également porter sur des décisions plus locales, telles que l’implantation d’une infrastructure au niveau communal.
Dans ce cadre, l’initiative de l’organisation d’une consultation populaire peut provenir d’une assemblée politique, d’un pouvoir exécutif (gouvernement, collège des bourgmestre et échevins…) ou de la population elle-même. Dans ce dernier cas, il faut qu’une proportion ou un nombre déterminé de citoyens demande le recours au vote dans telle ou telle matière, l’autorité concernée étant contrainte d’organiser la procédure de vote si le seuil fixé est atteint. Il n’est pas rare que la Constitution ou la loi interdise alors que certains sujets fassent l’objet d’une consultation, parce qu’ils sont trop fondamentaux pour être mis en jeu ou susceptibles de controverses trop profondes.

Les conditions imposées aux citoyens pour pouvoir participer à une consultation populaire peuvent être plus souples que les conditions permettant de bénéficier du droit de vote, qu’il s’agisse de l’âge minimum requis ou de la nationalité.

En Belgique, la consultation populaire organisée le 12 mars 1950 pour chercher une issue à la Question royale reste la seule qui ait été organisée à l’échelle de tout le pays. Il s’agissait en effet d’une initiative exceptionnelle. En effet, ni le référendum ni la consultation populaire ne sont prévus au niveau fédéral par la Constitution, qui définit la manière dont les pouvoirs s’exercent. Le Conseil d’État et la doctrine juridique considèrent donc qu’ils ne peuvent être autorisés que si la Constitution est modifiée en ce sens.

La consultation populaire est par contre autorisée au niveau des provinces et des communes par l’article 41 de la Constitution. Celles-ci peuvent en organiser dans les matières qui sont de leur compétence, à l’exclusion des questions financières, des questions de personnes et de l’inscription, dans les communes, de certaines catégories d’étrangers : la procédure de consultation est ouverte à tout citoyen (sans considération de nationalité) âgé de 16 ans au moins et vivant dans la commune ou la province concernée. Les lois communales et provinciales ayant été régionalisées, ce sont les régions qui sont compétentes pour définir les modalités d’organisation des consultations populaires dans les communes et les provinces.

L’Accord institutionnel pour la sixième réforme de l´État du 11 octobre 2011 prévoit par ailleurs de réviser la Constitution de telle sorte que des consultations populaires puissent être organisées à l’échelle des régions. Ces consultations populaires régionales ne pourront porter que sur les matières relevant des compétences des régions, à l’exclusion des questions touchant à la répartition des compétences, aux libertés fondamentales, aux obligations internationales de la Belgique, aux matières qui doivent être réglées à la majorité des deux tiers, au budget et aux finances publiques. Les régions doivent par ailleurs encore adopter un décret ou une ordonnance organique qui établit les modalités de la consultation. Certaines propositions déjà déposées en ce sens prévoient de fixer l’âge minimum requis à 16 ans et ouvrent la consultation à toutes les personnes habitant dans la région concernée

Une réforme claire, compréhensible et équilibrée des primes de la Région wallonne…

D’après une information de l’IEV :

A l’initiative de Paul Furlan, le Ministre du Logement et de l’Energie, le Gouvernement wallon a approuvé un nouveau système de primes pour soutenir les travaux d’économie d’énergie et de rénovation dans les logements. Ce nouveau système entrera en vigueur le 1er avril 2015.
 
La réforme poursuit plusieurs objectifs :
  • Simplifier les procédures,
  • Encourager les travaux d’économie d’énergie les plus efficaces,
  • Aider davantage les ménages aux revenus les plus faibles.
C’est pourquoi les montants des primes varieront en fonction des revenus des ménages. Ces montants seront multipliés jusqu’à 3 fois pour les ménages aux revenus les plus bas.
 
Cette réforme s’inscrit dans le projet socialiste en aidant davantage les gens qui en ont le plus besoin pour que chacun puisse contribuer aux efforts d’économie d’énergie et bénéficier d’un logement de meilleure qualité.

Il est grand temps de rallumer les étoiles…

En cette période commémoration de la Guerre 1914-1918, je me permets de vous proposer ceci :

…extrait de Les Mamelles de Tirésias Guillaume Apollinaire

Devant le rideau baissé, le Directeur de la Troupe, en habit, une canne de tranchée à la main, sort du trou du souffleur.

Scène unique

Me voici donc revenu parmi vous
J’ai retrouvé ma troupe ardente
J’ai trouvé aussi une scène
Mais j’ai retrouvé avec douleur
L’art théâtral sans grandeur sans vertu
Qui tuait les longs soirs d’avant la guerre
Art calomniateur et délétère
Qui montrait le péché non le rédempteur

Puis le temps est venu le temps des hommes
J’ai fait la guerre ainsi que tous les hommes

C’était au temps où j’étais dans l’artillerie
Je commandais au front du nord ma batterie
Un soir que dans le ciel le regard des étoiles
Palpitait comme le regard des nouveau-nés
Mille fusées issues de là tranchée adverse
Réveillèrent soudain les canons ennemis

Je m’en souviens comme si cela s’était passé hier
J’entendais les départs mais non les arrivées
Lorsque de l’observatoire d’artillerie
Le trompette vint à cheval nous annoncer
Que le maréchal des logis qui pointait
Là-bas sur les lueurs des canons ennemis
L’alidade de triangle de visée faisait savoir
Que la portée de ces canons étaient si grande
Que l’on n’entendait plus aucun éclatement
Et tous mes canonniers attentifs à leurs postes
Annoncèrent que les étoiles s’éteignaient une à une
Puis l’on entendit de grands cris parmi toute l’armée

ILS ÉTEIGNENT LES ÉTOILES A COUPS DE CANON

Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d’automne
Comme la mémoire s’éteint dans le cerveau
De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir
Nous étions là mourant de la mort des étoiles
Et sur le front ténébreux aux livides lueurs
Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS

Mais une grande voix venue d’un mégaphone
Dont le pavillon sortait
De je ne sais quel unanime poste de commandement
La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria

IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ÉTOILES

Et ce ne fut qu’un cri sur le grand front français

ÀU COLLIMATEUR A VOLONTÉ

Les servants se hâtèrent
Les pointeurs pointèrent
Les tireurs tirèrent
Et les astres sublimes se rallumèrent l’un après l’autre
Nos obus enflammaient leur ardeur éternelle
L’artillerie ennemie se taisait éblouie
Par le scintillement de toutes les étoiles

le texte complet (cliquez ici…)

Mettre Mr. Jan Jambon comme Ministre de l’Intérieur

Décidément, le MR acceptera tout pour être au pouvoir.  Après des mensonges (avec la NVa jamais durant la campagne électorale), il accepte de mettre un militant extrémiste flamand (proche de l’extrême droite) comme Ministre de l’Intérieur.

Et en plus, les fonctions le plus importantes sont aux mains des néerlandophones…

Merci le MR

La NVA est-elle fiable…

nva joue aux cartesOn peut se le demander : pendant l’élection du Président de la Chambre des Représentants, les élus NVa (Bart de Wever en tête) jouent aux cartes (cartes noir jaune rouge avec la photo des parlementaires…)….

De plus, pour un de ses parlementaires de pointe(Geert Bourgeois) déclare, quelques minutes après la mise en place du Sénat : « Le Sénat ? Il ne sert à rien ! »

A part cela, BDW déclare qu’il n’y a pas d’institutionnelle dans son programme de Gouvernement.

Pas très sérieux…

Pensions : les efforts ne doivent pas peser sur les seuls travailleurs.

 

Cette semaine, la presse a largement fait écho du rapport de la Commission d’experts sur l’avenir des pensions. Néanmoins, aucun article n’a véritablement détaillé les propositions qu’il contenait.
Quoique toute réflexion ait le mérite d’exister et bien que l’évolution de notre modèle de pension mérite un vrai débat, pour le PS, ce rapport ne constitue pas, en son état actuel, une base de discussion raisonnable.
Pourquoi ? Parce qu’il fait porter l’intégralité de l’augmentation du coût des pensions à l’avenir sur les travailleurs. Le rapport propose un système de pensions à points qui, en cas de difficultés de financement des pensions (et on sait que ça arrivera à l’avenir), doit s’ajuster automatiquement via un allongement de la carrière (si nécessaire au-delà de 65 ans) ou une modération dans l’évolution des pensions. Il comporte également des mesures qui affecteraient sensiblement le niveau de vie des fonctionnaires retraités.
Il n’analyse pas la question de la soutenabilité d’un allongement potentiellement très important de la carrière pour le travailleur. Il ne propose pas non plus de pistes alternatives pour financer les pensions, que ce soit en matière de création d’emploi ou de prélèvements sur les revenus du capital.
Vous pouvez consulter notre analyse complète du rapport en cliquant ici.
N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou remarque à ce sujet.
Bien à vous,
Anne Poutrain
Directrice de l’IEV

Voter par procuration…

Les élections du 25 mai sont importantes.
Il faut donc que le maximum de citoyennes et de citoyens s’expriment.
Si vous connaissez des personnes qui ne pourront pas voter :
-à cause d’une maladie,
-parce qu’ils ne peuvent pas se déplacer,
-parce qu’ils sont en voyage,

Vous pouvez leur proposer de donner une procuration. N’importe qui peut le faire pour eux.Vous trouverez, ci-joint, le document officiel en pdf avec les instructions précises.
Il faut les lire et les suivre à la lettre.

le document pour voter par procuration